Biographie – Travaux de recherche

Professeur émérite à l’Université Paul Sabatier de Toulouse, membre honoraire de l’Institut universitaire de France, je poursuis mes recherches au sein de l’Institut de Recherches en Astrophysique et Planétologie, Toulouse.

J’ai aussi des collaborations étroites avec des équipes et laboratoires étrangers, en particulier en Californie et en Argentine

Astérosismologie

L’astérosismologie est l’étude des oscillations, ou vibrations stellaires, provoquées par les ondes sonores ou par les autres types d’onde (par exemple les ondes de gravité) qui se propagent à l’intérieur des sphères stellaires. Je m’intéresse particulièrement aux vibrations sonores du Soleil et des étoiles semblables au Soleil.
L’étude détaillée de ces vibrations permet de déterminer de manière précise les masses, rayons et âges des étoiles, et donne aussi des informations sur leur structure interne. Pour cela, il faut d’une part observer et analyser le rayonnement qui nous vient des étoiles pour connaître précisément leurs fréquences de vibration, d’autre part effectuer des calculs théoriques stellaires pour comparer les fréquences calculées aux fréquences observées. Des successions d’itération permettent ainsi d’obtenir les meilleurs résultats sur les paramètres stellaires.
Depuis quelques années j’ai étudié spécialement les vibrations de plusieurs étoiles qui se trouvent au centre de systèmes planétaires.

 

Physique stellaire , du microscopique au macroscopique

Les calculs précis de la structure interne des étoiles demandent une connaissance approfondie de la physique des plasmas, ou gaz ionisés, dans les situations particulières rencontrées à l’intérieur des sphères stellaires.
Les étoiles sont des sphères autogravitantes, c’est-à-dire des sphères en équilibre sous l’effet de leur propre poids. La matière gazeuse est retenue en surface par l’influence gravitationnelle de leurs régions internes. Dans ces conditions, les phénomènes qui se produisent sont souvent bien différents de ce qu’on pourrait prévoir a priori en s’inspirant des expériences effectuées sur Terre. Les étoiles sont des laboratoires de physique passionnants, qui nous offrent des conditions d’étude particulières à partir du rayonnement qu’elles nous envoient.
Un phénomène important sur lequel je travaille particulièrement concerne la diffusion sélective des atomes. Compte tenu de leur masse individuelle, et compte tenu de la manière dont ils absorbent le rayonnement, les atomes se déplacent dans l’étoile soit vers le centre, soit vers la surface. Cet effet de diffusion sélective des éléments peut avoir une grande importance sur la structure des étoiles, les mélanges qui se produisent à l’intérieur, et la variation de leur composition chimique.

 

Colloque de Roscoff

Ces thématiques, qui font souvent l’objet de colloques internationaux, ont été particulièrement discutées au cours d’un récent colloque international organisé par mes anciens étudiants à l’occasion de la fin de ma carrière universitaire et des débuts de mon statut de professeur émérite. Ce colloque, intitulé « New advances in stellar physics: from microscopic to macroscopic processes » s’est tenu à Roscoff, Bretagne, du 27 au 31 mai 2013.